"je pense donc je suis"

























>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>


"La pensée est l'activité psychique consciente dans son ensemble. [...]
Souvent associée au célèbre cogito ergo sum de Descartes [...]
Dans les conceptions religieuses et mystiques, la pensée humaine correspond à une substance qui ne peut pas être dissociée de la matière, ni de la Création et de son créateur Dieu). [...]
Dieu agit à travers la pensée de l'Esprit. [...]
Lorsque Descartes sépare deux substances, l'une qui est la substance intelligente (pensante : je pense donc je suis), l'autre étant la substance corporelle (la matière), il dissocie en réalité des éléments liés. [...]
Entre le corps et l'esprit, les substances ont une unité, de même que les êtres humains forment entre eux et avec la nature un tout, la Création. [...] " wikipédia


"[...] les pensées sont avant tout des états mentaux, doués de contenus, avant d'être les produits d'une activité réflexive de l'esprit. [...]
[...] on ne peut pour autant les isoler de l'esprit qui les pense. [...]
[...] La philosophie contemporaine de la psychologie, inspirée par les « sciences cognitives » et l'intelligence artificielle, s'intéresse au contraire à la nature des processus et des représentations mentales [...]
Le verbe « penser » et le substantif correspondant « pensée » recouvrent une grande variété d'activités, d'événements, de phénomènes ou d'états mentaux. On peut cependant distinguer deux sens principaux de ces termes. Au sens le plus large, une pensée est un certain état mental, dont le contenu représente un certain état de choses. [...]
« Penser » appartient à la catégorie des verbes que les philosophes appellent, à la suite de Russell, « attitudes propositionnelles » tels que « douter que », « vouloir que », « souhaiter que » [...]
En ce sens large, où « penser » est plus ou moins synonyme de « croire », une pensée n'est pas nécessairement un acte d'assentiment réfléchi à un contenu mental [...]
Au sens étroit, une pensée est un acte réfléchi, conscient et délibéré dans lequel on s'engage volontairement [...]
Une pensée est, en ce sens, rarement un acte mental isolé : elle fait partie intégrante d'un raisonnement, d'un calcul ou d'une suite d'autres pensées. Elle est alors un processus discursif, actif et intentionnel, qui dure un certain temps, et dont le résultat peut être un certain nombre de jugements ou un certain nombre d'actions accomplies délibérément. [...]
Penser est un état fonctionnel qui implique des relations (calculatoires) avec des symboles ou phrases d'un langage interne, qui ne peut être que « privé » et « inné ». "
Pascal ENGEL (maître de conférences de philosophie, université de Grenoble-II et C.N.R.S)

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

"Le Langage de la pensée (anglais : Language of Thought, LOT), ou mentalais (angl. mentalese) est une théorie, due principalement au philosophe américain jerry Fodor, qui présuppose une sorte de langage qu'utiliseraient les processus mentaux, et qui permettrait d'élaborer des pensées complexes à partir de concepts plus simples. [...]
la thèse de Fodor peut se schématiser comme suit :
  1. Les représentations mentales sont structurées.
  2. Les composants de ces structures sont « transportables » ; les mêmes composants (c'est-à-dire des composants de même type) peuvent apparaître dans des représentations différentes.
  3. Les représentations mentales possèdent une sémantique compositionelle ; le sens des représentations complexes résulte, par le biais de règles, du sens des composants.
Le langage de la pensée possèderait donc une structure composée à partir d'éléments atomiques (comme les mots d'un langage naturel). Ces composants sémiques peuvent apparaître dans des représentations diverses, de même que les mots ou les constituants de phrases peuvent apparaître dans des phrases différentes. [...]
Les états et propriétés mentales seraient ainsi réductibles à des états et propriétés physiques [...]
Les états intentionnels, aussi appelées attitudes propositionnelles, sont des états mentaux qui mettent en relation le sujet avec une proposition, par exemple Paul croit que Marie est heureuse implique que Paul a une certaine relation, une relation de croyance, vis-à-vis de la proposition Marie est heureuse. Mais comment diable, Paul, une entité physique, peut-il être en relation avec une proposition, chose qui semble hors du monde physique ? L'hypothèse du mentalais permet d'expliquer comment les états propositionnels peuvent se réaliser physiquement. [...]
Platon définissait déjà la pensée comme dialogue intérieur [...]" wikipédia

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Ce qui m'intéresse dans tout cela c'est le fait que pour moi chaque pensée est importante, qu'elle soit issue du conscient ou inconscient, aussi minime soit elle, chaque pensée influe sur notre vie. Le fait que pour moi il y est deux types de pensées (rationnelles et flottantes), me ramène à une dualité (conscient/inconscient, je montre/mais pas tout, penser/être en activité, ...) mais finalement où est la frontière ? Y'en a-t-il vraiment une ? Un ping pong se crée automatiquement. "Être contradictoire c'est le propre de l'individu."

Comme le dit Lévi-Strauss dans "la pensée sauvage", la pensée est une activité universelle. Tout le monde pense. Chacun a sa propre manière de penser, a ses propres préoccupations, mais nous nous retrouvons tous dans cette pratique. C'est aussi cela qui m'intéresse, le fait que l'on est chacun notre propre méthode, processus de penser.

L'idée d'écrire des pensées est un acte fort, quelque chose de très intime, mais qui permet de la visualiser, la modéliser, de prendre du recul, faire des connexions à la manière du mind-mapping, de ne pas la garder pour soi aussi, ainsi on se dévoile, comme un puzzle, ensuite chacun peut faire ces propres interprétations, je me dévoile mais je ne montre pas tout non plus.
Le fait de mettre en forme une pensée est une manière de la faire exister et de la partager. Les formes sont multiples, mais certaines permettent de mieux se comprendre et d'autres de mieux se faire comprendre. Comment rendre lisible des pensées qui ne sont parfois pas claires pour celui qui les pense ? L'exercice proposé par Sandra Chamaret lors d'un workshop sur le design d'information, nous avait justement confronté aux problèmes de la lisibilité d'informations multiples. Ainsi le design d'information permet de transmettre des informations, des pensées de manière simplifiée, lisible. Cet exercice m'a faite comprendre que l'on peut écrire, transmettre énormément d'informations sous différentes formes.
Avant propos du livre Data flow :
« Les métaphores visuelles facilitent grandement la réflexion humaine. Depuis le sanskrit jusqu’à l’alphabet moderne en passant par les hiéroglyphes; nous avons de tout temps utilisé des codes, des objets et des illustrations pour parvenir à nous comprendre, ce qui nous a permis d’élaborer une pensée collective. Mais les formes de ces outils communs de réflexion ont évolué de façon proportionnelle à la complexité et à la subtilité croissantes avec lesquelles nous appréhendons le monde. Diagrammes, graphiques de données et compositions visuelles constituent aujourd’hui le langage avec lequel nous abordons un monde toujours plus abstrait et complexe. Ils nous aident à comprendre, à créer et à cerner pleinement la réalité. » lien

Commentaires