vendredi 15 janvier 2016

premiers tatous





















Étant soucieuse du fait main et de l'artisanat, j'effectue l'acte sans machine (avec les mêmes aiguilles que les autres tatoueurs). Point par point, cela devient une ligne, un dessin, un motif, un symbole, un dégradé. Moins douloureux et moins agressif pour la peau, les petites pièces que je réalise cicatrisent plus vite. Cette pratique demande des normes d'hygiène exigeantes que je me dois de respecter pour le bien de tous ("pas d'histoire au château") et cela se fera très prochainement chez moi dans le charmant village d'Aas dans une pièce prévu à cet effet ou dans des salons de tatouage déjà existant sur la région Aquitaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire